• La compassion

    Une chose m'etonne de plus en plus. Il s'agit d'un phenomene a la mode. La compassion avec les bourreaux. Meme si on n'approuve pas leurs methodes, on va justifier leurs mefaits par la misere dans laquelle ils vivent, leurs espoirs dechus ou tout autre pretexte bon a minimiser leurs actes odieux. Par exemple, J'ai lu beaucoup de remarques, d'invectives et de plaisanteries au gout souvent douteux concernant Bush, sa politique en Irak, les Americains etc.., par contre face au veritable scandale d'une bande de tortionnaires de Ben Laden a Saddam Hussein, qui mettent a feu et a sang le monde occidental, qui torturent et decapitent ceux qui ne partage pas leur vision du monde. SILENCE ou si peu, bien sur, je ne remet pas en question le droit de critiquer, mais ce qui me semble malsain c'est cet engouement pour cette veuve et cet orphelin pendant que le pere est occupe a trancher la gorge de celui qui a la langue trop pendue. La moindre des choses a laquelle la victime peut pretendre, est la reconnaissance de son statut, et non l'inverse. Car outre l'aspect malsain d'une telle demarche, il faut se rendre a l'evidence qu'a force d'eprouver de la compassion pour nos ennemis on en finit par etre cruel envers nos amis.


  • Commentaires

    1
    Vendredi 25 Novembre 2005 à 10:26
    Pas faux
    la phrase finale... Mais, j'ai plus d'empathie pour mes amis, pour les gens que j'aime ou les simples inconnus qui ont l'air sympathique que pour mes ennemis. Ceci dit, même à Saddam Hussein, je ne souhaite pas la mort mais de finir au "trou" jusqu'à la fin de sa vie.
    2
    Vendredi 25 Novembre 2005 à 10:36
    Je ne lui souhaite
    pas plus que toi la mort. Mais leur crueaute me repulse.
    3
    Vendredi 25 Novembre 2005 à 10:44
    Bonjour ici
    Yehuda c'est terrible ce que tu écris, mais si vrai parfois... Bisous du jour. Bisous Cyrille...
    4
    Vendredi 25 Novembre 2005 à 10:57
    C'est la realite
    qui est terrible. Et la, je pense qu'elle nous depasse un peu. Bon je veux pas non plomber l'ambiance. Alors ressere moi un p'tit the a la menthe...
    5
    Vendredi 25 Novembre 2005 à 17:04
    et la victime
    Dans les yeux de son bourreaux découvre de la compassion, ou est ce sang qui coule qui lui fait défaut, un souffle, un dernier battement, elle ne lui en veut pas, elle lui sourit au firmament.
    6
    Mardi 29 Novembre 2005 à 10:54
    Euh Mak?
    T'as pas l'impression de te faire une crise de parano là? Où t'as vu qu'on allait donner la légion d'honneur à ben laden ou saddam? Et puis on arrête pas de victimer le premier venu, ou tout et n'importe quoi. Même mon chat est une victime. Et où elle se trouve la compassion pour l'ennemi? A abou graib? Guantanamo? En Tchéchénie? Perso, j'ai plutôt l'impression d'un monde assez impitoyable en fait. Un monde où personne n'a de compassion pour son ennemi alors que, justement, faire la guerre à un ennemi, c'est bien souffir avec lui dans les mêmes toumrments qu'on s'inflige mutuellement. Non?
    7
    Mardi 6 Décembre 2005 à 13:29
    j'ai jamais
    su faire preuve de compassion...ou peu...ça doit s'apprendre tout petit ;-)!
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :